La montagne de Mudawara, l’endroit rêvé pour camper et contempler les étoiles

Ajouté le juin 09, 2018

À seulement 90 km du Caire (capitale de l’Égypte), à 1 h 15 de trajet en voiture, s’étend l’une des sept oasis d’Égypte, Al-Fayoum, qui bénéficie d’un climat modéré tout au long de l’année.

Abritant plusieurs sites touristiques datant des diverses ères traversées par l’Égypte (pharaonique, gréco-romaine, copte et islamique), elle possède un écosystème composé de dunes de sable, de palmiers, de lacs et vallées, d’oiseaux de multiples espèces et autres animaux sauvages. Il s’agit d'une terre de nature préservée, riche sur le plan historique : un endroit qui vaut le détour !

La région compte une multitude de lacs, les seules chutes d’eau permanentes d’Égypte ainsi que la singulière montagne de Mudawara (Jebel al- Mudawara), située à l’ouest du lac Al-Fayoum.

La montagne de Mudawara se dresse à quelques centaines de mètres seulement au sud de la route Wadi El Rayyan, juste après le lac Al-Fayoum qu’elle contourne par le nord. Vous pouvez vous garer au bord de la route ou choisir comme certains de traverser le désert en voiture pour atteindre le pied du mont.

Cette montagne possède trois sommets principaux, avec quelques collines s’élevant à l’ouest. Le pic le plus à l’est prend la forme d’une aiguille rocheuse, avec au sommet une surprenante fosse. Ce lieu est très peu fréquenté, au point que Google Earth n’a même pas répertorié sa présence. Pour l’anecdote, il faut savoir que ce sommet, pourtant le plus difficile à gravir, affiche probablement une altitude située au-dessous du niveau de la mer.

La montagne de Mudawara, qui s’est formée il y a 45 millions d’années, est associée à l’époque pré-Eocène moyen. Elle s’est déplacée progressivement vers le nord de l’Égypte, ce qui a créé des sortes d’arches dans les directions nord-est et sud-ouest.

La montagne réserve une vue spectaculaire et dégagée, avec à perte de vue les dénommés « fosses des anges », qui ressemblent aux pièces fossilisées dans la région. Cette zone, caractérisée par sa rupture réfractive, était autrefois recouverte par les eaux et composait une partie d’un grand lac à la fin du Pléistocène (une ère géologique). Puis, progressivement, le lac a commencé à s’assécher, jusqu’à disparaître.

Toute cette zone a été exposée à des facteurs d’érosion qui ont sculpté la montagne et ses environs, formant parallèlement des dunes de sable. À ces facteurs d’érosion se sont ajoutés le retrait des composants de la surface et la disparition des restes d’animaux qui y vivaient.