Les catacombes d’Alexandrie : entre coïncidence, histoire et art

Ajouté le juin 06, 2018

La ville d’Alexandrie fut établie en 332 av. J.-C par Alexandre le Grand, le plus célèbre des rois et chefs militaires grecs. Elle devint rapidement le centre culturel et commercial du bassin méditerranéen.

D’après la légende, un jour à Alexandrie, un âne qui tirait une charrette remplie de pierres provoqua par accident l’effondrement du sol et atterrit dans une fosse. Cet âne découvrit ainsi, du moins si l’histoire est vraie, l’un des sites les plus splendides de toute l’histoire, à savoir Kom-el-Chouqafa, des catacombes d’une magnificence incomparable dans le monde antique.

Selon les archéologues, les catacombes de Kom-el-Chouqafa seraient le plus grand lieu de sépulture datant de l’époque gréco-romaine. Elles dissimulaient depuis des siècles, dans les galeries souterraines, des merveilles assimilant divers arts et cultures antiques, ce qui n’est pas si étonnant à Alexandrie, puisque cette ville était particulièrement florissante sous l’Antiquité.

Ce lieu a pris le nom de Kom-el-Chouqafa, ce qui signifie en grec ancien « monticule de tessons », car des piles de poteries brisées y étaient amassées.

Ces catacombes constituent le plus vaste site funéraire romain connu en Égypte et l’un des plus importants chantiers de construction à vocation religieuse de l’Égypte antique. Les architectes de ce complexe ont adopté une approche gréco-romaine, tout en s’inspirant de la fusion des styles pharaonique et grec qui était en vogue à Alexandrie. Les catacombes de Kom-el-Chouqafa sont construites sur trois niveaux de tombes et de chambres creusées dans le substrat rocheux, jusqu’à 35 m de profondeur.

Ces catacombes (ou galeries souterraines) sont situées dans le quartier de Karmouz, à l’est d’Alexandrie. Cet endroit a été baptisé Kom-el-Chouqafa, ce qui signifie « pile de tessons ».

Il s’agit d’un cimetière qui remonte au 1er siècle apr. J.-C et qui a été utilisé jusqu’au 4ème siècle.

Ces galeries souterraines à Alexandrie ont été nommées « catacombes » en référence aux catacombes chrétiennes de Rome, dont la conception est très similaire. Les catacombes d’Alexandrie étaient probablement une tombe privée à l'origine, réaménagée plus tard en cimetière public. Elles comprennent un escalier en colimaçon, une rotonde, le triclinium (ou salle de réception), un vestibule, une antichambre et la chambre funéraire avec trois alcôves abritant chacune un sarcophage.

Les catacombes contiennent également un grand nombre de cavités taillées dans la roche, où sont conservés des cercueils.