Une terrasse sainte aussi élégante que la reine

Ajouté le déc. 17, 2017

Lorsque le souverain est une reine, son temple se doit de refléter toute la puissance et la beauté de celle-ci.

Hatchepsout figure certainement parmi les femmes les plus émérites de l'Égypte antique. Cette reine extraordinaire a accompli de grandes réalisations sous son règne de 22 ans, considéré comme l'une des périodes les plus prospères d'Égypte. Citons par exemple la construction de son temple funéraire, à Deir el-Bahari.

Après la mort de son mari, Thoutmosis II, Hatchepsout a assuré la corégence de son neveu et de son beau-fils, le nouveau-né Thoutmosis III, qui deviendra le 6ème pharaon de la XVIIIème dynastie.

Au début de l'ère chrétienne qui a influencé l'histoire égyptienne, un monastère a été bâti à cet endroit, raison pour laquelle le complexe de temples antique a été baptisé « deir », soit monastère.

Le site de Deir el-Bahari est situé sur la rive ouest du Nil, presque en face du temple de Karnak à Louxor. Consacré à la déesse Hathor, ce relief en terrasses a été choisi par Montouhotep II pour devenir le site qui accueillerait son temple funéraire et son tombeau.

Le deuxième temple en terrasses est celui de la reine Hatchepsout, qui a été découvert sous les ruines du monastère. Enfin, le troisième sanctuaire en terrasses et ses murs de soutènement ont été découverts en 1968 par une mission archéologique polonaise, qui a également révélé l'existence d'un troisième temple, construit par Thoutmosis III, se trouvant entre les deux temples susmentionnés, à un niveau supérieur.

Cette élégante structure en terrasses s'avère l'un des plus beaux temples d'Égypte. Il est décoré de bas-reliefs sculptés illustrant certains des principaux épisodes qui ont marqué la vie de Hatchepsout, comme le transport de ses obélisques des carrières d'Assouan au temple d'Amon à Karnak, la naissance divine de la reine et son sacre, ou encore la grande expédition commerciale vers Pount.

Le temple funéraire de Hatchepsout, dont le chantier aurait pris 15 ans selon la légende, était connu du peuple égyptien antique sous le nom de « djeser-djeseru » (saint des saints).